LE MONUMENT AUX MORTS.

La restauration du monument aux morts.

En 1919, une souscription est lancée auprès des habitants de Til-Châtel et les fonds récoltés permettent la construction du monument aux morts dès 1922.

 De 1924 à 1970, les divers travaux d’entretien du Monument aux morts furent assurés par un « Comité d’entretien du Monument de la Grande Guerre », présidé alors par le Maire. Les fonds destinés à l’entretien du monument provenaient de diverses quêtes (mariages, obsèques, dons, fêtes des pompiers…).

 Depuis 1970, les travaux d’entretien du monument sont décidés par le conseil municipal et financés par le budget communal.

 La dernière grande restauration du Monument aux morts datait de 2004 : nettoyage du monument, remplacement de la palme en bronze, lettres des inscriptions repeintes ainsi que les obus et chaine bordant le monument.

En 2014, la France s’apprête à commémorer le centenaire de la déclaration de La Grande Guerre.

A la fin du mois d’octobre 2014, la Mairie charge l’entreprise Cutarella d’Is-sur-Tille de procéder à la première phase des travaux de nettoyage du Monument. Certains d’entre vous ont certainement vu l’intervention de la nacelle qui a permis de réaliser les travaux nécessaires tout en protégeant la végétation à proximité du chantier. Le monument a été gratté et brossé afin d’être débarrassé des mousses et lychens, autant de traces du temps qui passe…

Des traitements sans chlore ont permis le nettoyage des pierres et ceci toujours dans un souci de respect de l’environnement.

Cette première phase de travaux s’est achevée au début du mois de novembre 2014 pour un coût total de 2735,83 euros.

Ainsi à Til-Châtel, la commémoration du 11 novembre 2014 s’est déroulée devant un monument aux morts restauré. Il a retrouvé une seconde jeunesse et ceci dans le but d’honorer dignement le souvenir des morts des divers conflits des XIX et XXème siècles.

 Une seconde phase de travaux est déjà prévue pour le cours de l’année 2015, elle est d’ailleurs inscrite au budget de la commune. L’essentiel des travaux restant à réaliser consistent en la reprise des inscriptions et au ponçage de certaines gravures du monument.

Le saviez-vous ?

Sur le monument aux morts de Til-Châtel comme dans de nombreux autres, apparait une palme sculptée en bronze. Avec le temps, l’oxydation du bronze laisse des traces bleues sur la pierre qui restent difficiles à enlever malgré les phases de restaurations.

La palme de laurier, symbole du martyre, traduit aussi l’immortalité de l’âme et la résurrection des morts et a donc une signification religieuse. Ainsi, apposer une palme sur un monument signifie que ceux qu’on souhaite honorer ne sont pas morts (leurs âmes continuent de vivre dans le souvenir). D’un point de vue militaire, elle est aussi signe de victoire.

Initialement symbole gaulois, le coq est devenu celui de la République française et a donc naturellement trouvé sa place sur les monuments aux morts. Mais il a aussi une forte signification religieuse ; pour les Chrétiens, c’est le symbole du réveil, de la résurrection du Christ, triomphant de la puissance des ténèbres. On le trouve principalement au sommet des monuments ayant la forme d’un obélisque comme à Til-Châtel.

 La Croix de guerre fut instituée en 1915. C’est plus haute distinction militaire donnée aux «Soldats morts pour la France», c’est une croix de Malte posée sur deux glaives entrecroisés, symbolisant l’esprit de la noblesse militaire, qui porte en son centre l’effigie de la République.